Saint-Gervais-les-Bains - Haute-Savoie


Dès le XIVe siècle, la vie rurale s'organise autour d'une douzaine de hameaux disséminés sur les deux versants : Bionnassay, Bionnay, le Champel, Motivon, la Gruvaz, les Pratz, Orsin, la Planchette, la Cry, Cupelin, la Forêt. Saint-Gervais n'est qu'un petit hameau parmi les autres.


Hameau de Bionnassay

 Bionnassay s'est construit au pied du col de Voza à 1380 m d'altitude au cœur d'un alpage facile à exploiter.
Une chapelle y fut édifier en 1460 Un petit petit tableau - une huile sur toile, du XVIIIe - y est  installé : La vierge de Solborde

 

En savoir plus >>

Hameau de Champel

  Situé sur l’ancienne voie romaine menant au col de Voza, le hameau de Champel occupe une position stratégique face au bourg de Saint-Nicolas-de-Véroce.
Les ceutrons - peuple celte des montagnes établis entre autre dans la haute vallée de L'Arve y aurait construit des fortifications

 

 

En savoir plus >>

Hameau de la Gruvaz

 

 

 

 

 

En savoir plus >>

Église de Saint Nicolas de Véroce

 

 L'église actuelle a été construite sur les ruines d'une ancienne église romane.La première pierre fut posée en 1726 et la fin des travaux date de 1729. Elle est de style baroque italien

 

 

 

En savoir plus >>

Dessin des chapelles de Patrick Ollivier-Elliott

Patrimoine des vallée du Mont-Blans -  Carnet d'un voyageur attentif Édition  édisud 2017


La ville de Saint-Gervais

Église Saint-Gervais

Église de Saint-Gervais-les Bains  (74)
Église de Saint-Gervais-les Bains (74)

 

 

 

 

 

 


Immigration savoyarde en Franche-Comté avant 1789,

Colporteur
Colporteur

 

Dans les mémoires de la Société d'Émulation du Doubs de 1959 le Général F-M Fournier a publié : Immigration savoyarde en Franche-Comté avant 1789, dans ce travail il n' a pas étudié, entre autres les villages du Bizot et de Damprichard. Une grande partie des documents étudiés n'indiquent pas le lieu d'origine du migrant.




Nous avons relevé dans son ouvrage les noms de personnes originaire de Saint-Gervais (74)

 Barbier Claude
s'installe à Fertans (proche d' Amancey -25) en 1706,
- Battay Claude François,
- mari de Cocatrix Marie - de la paroisse de Bionasset s'installe à Gouhelans (Proche de Rougemont -25) en 1697.
- Cocatrix Marie
de la paroisse de Bionasset, s'installe à Gouhelans en 1697.
- Dubief François
- décède à 35 ans ; s'installe à Pontarlier (25) en 1686..
Gervais Jean
marié naissance d'un fils, Jean-Pierre s'installe à Pontarlier (25) en 1703
-Rousset Guillemette
( décès à 70 ans) de la paroisse de Champey s'installe à Naisey (25).

 

L'auteur a travaillé également sur les patronymes anciens communs à la Franche-Comté et à la Savoie (Comté avant 1600 - Savoie avant 1789) et il a relevé le patronyme LEGIER qui devient LIGIER.

En 1726 Saint-Gervais compte 110 émigrants sur 405 hommes adultes.[1]

L'immigration savoyarde a été très importante après la Guerre de Trente Ans (1618-1648) dont l'épisode franc-comtois appelé Guerre de Dix ans (1634-1644) et après les deux dernières épidémies de peste en Franche-Comté, la première de 1628 à 1633 et la seconde et 1635 à 1640 [2].

En 1703. Il faut savoir que depuis octobre, d'après Maurice Gresset, dans son article : Les mesures contre les Savoyards en Franche-Comté à l'automne 1703 estime que l'immigration savoyarde s'est beaucoup réduite et pratiquement éteinte. Nous sommes au début de la guerre de succession d'Espagne (1702-1713) le duc de Savoie Victor-Amédée allié de Louis XIV déserte le camp français. Par représailles le roi de France ordonne le 13 octobre l'arrestation des Savoyards. En Franche-Comté, le problème fut délicat à traiter du fait de l'ancienneté et la qualité des relations avec la Savoie. L'intendant de Franche-Comté était Louis de Bernage de 1703 à 1708 [2]

 -----------

Bibliographie

- L'Immigration Savoyarde En Franche-Comte Avant 1789

General F.-M. Fournier(Auteur)