Alzheimer, une nouvelle vie,

 

Une réalité sans espoir

  « Au  rythme du temps qui passe ; les souvenirs s’effacent ; les gestes deviennent imprécis ; de nouvelles angoisses naissent ; les visages parlent de moins en moins ; le monde connu s’efface ; la pensée et l’expression deviennent confuses…

 

La vie s’organise dans une cohabitation plus ou moins tendre, plus ou moins tumultueuse avec l’aidant familial.

Vous savez celui qui partage sa vie intime, et sa maladie.

Malgré toute cette négativité le malade reste sensible aux beautés du monde, aux chants des oiseaux, aux plaisirs de la vie. Mais jusqu’à quand ? »

(JLL septembre 2014)