Notre-Dame-des-Ermites d'Einsiedeln.


 

 

 Statue :

Vierge à l'Enfant dite :

- Vierge noire

ou Notre-Dame des Ermites

ou Notre-Dame d'Einsiedeln.

 

Statue :25 Grand Combe Chateleu

 


Einsiedeln abbaye bénédictine

«Située dans le canton de Schwyz, près de la petite ville du même nom (10 000 hab.), au pied du massif des Mythen, l'abbaye d'Einsiedeln est un des hauts lieux du catholicisme suisse » 

L'abbaye actuelle a été construite au 18e siècle sur les ruines de l'ermitage du moine bénédictin Meinrad. La Vierge noire, datée du XVe siècle est installée dans une chapelle de l'abbaye.

 

Notre Dames des Ermites  (Vierges noires) sont très connues pour leurs légendes et leurs miracles. En 1550 elles sont peu présentes dans les région Ouest et Nord, elles se concentre sur  l‘Auvergne, le Forez, le Velay, le Limousin, le Gévaudan, le Rouergue et le Quercy (soixante Vierges) le Roussillon (douze statues) et la Provence (vingt Vierges noires, dont celle de Manosque 04).

La vallée de la Saône et la Bourgogne sont des terres d’accueil, les Grand-duc de Bourgogne sont fortement attachées aux Vierges Noires. Le département du Doubs  - dans sa  zone limitrophe avec la Suisse - compte une vingtaine de statue représentant  Notre-Dame-des-Ermites d'Einsiedeln.  

 

 L'abbaye a été construite au XVIIIe siècle sur les ruines de l'ermitage du moine bénédictin Meinrad. La Vierge noire, datée du XVe siècle est installée dans une chapelle de l'abbaye.


 

 

Notre Dame des Ermites

Depuis le XIIe siècle et particulièrement les périodes XVIIe et XVIIIe beaucoup Franc-Comtois venaient prier la Vierge.

 


Plaimbois-du-Miroir - Doubs

 

 Plaimbois-du-Miroir - Doubs

 Plaimbois-du-Miroir dont les habitants dépendaient de Laval le Prieuré obtinrent - en 1700 - du curé la permission de construire une chapelle qu’ils consacrèrent à Notre Dame des Ermites (Einsiedeln).
Quatre villageois rapportèrent du sanctuaire suisse, situé près de Zurich, une statue - copie de la Vierge Noire d’Einsiedeln – Cette statue attira de nombreux pèlerins.

 

 


Pontarlier - Doubs - Église Saint-Bénigne


Bugny - Cernay l'Eglise


Bibliographie

 

- Les miracles de la Vierge noire en Comté
Jean-Michel Blanchot 

Mémoire de la Société d’Émulation du Doubs - Histoire et Patrimoine de Franche-Comté - 2014 n° 56

 

- Pèlerinage marial et esprit de croisade : l'exemple d'Einsiedeln au XIXe siècle.

Jean-Michel Blanchot 

Mémoire volume 203 année 2015-2016
Académie des Sciences, de Besançon et de Franche-Comté 

 

- Qu’est-ce qu’une “ Vierge noire ”? Á propos de la perception de la statue de Notre-Dame de Font-Romeu
Marlène Albert-Llorca 

 

- Vierges noires

Sophie Cassagnes-Brouquuet  - Editions du Rouergues

 

- Les Amis de Notre Dame de Romigier

 

Un moine comtois à pied vers Notre-Dame-des-Ermites (Einsiedeln, Suisse) 

Frère Benoît Edition l'Harmatant

 

Cancoillote

 

LES VIERGES DE MONTAIGU.

C’est en Belgique, à Montaigu (arrondissement de Louvain), que l’histoire commence il y a très longtemps. Une statuette accrochée à un chêne attire l’attention par les prodiges qui s’y réalisent. De nombreux morceaux seront détachés de ce chêne, dans lesquels les sculpteurs vont tailler des statuettes. L’une d’elle se retrouve à Gray en 1613. Dès 1620, elle se

manifeste par un premier « miracle », suivi par beaucoup d’autres, qui ne manquent pas de marquer les esprits et d’attirer les foules. Des villes se placent sous sa protection : Gray bien sûr, Dole, Salins, Arbois. Les 17° et 18° s iècles sont marqués par de très nombreuses processions vers la chapelle des R.P. Capucins, détenteurs et gardiens de cette précieuse Statue. En 1909, l’Eglise reconnaît les grâces obtenues par l’intercession de la Vierge et la permanence du culte depuis 1613, en autorisant son couronnement et celui de l’Enfant-Jésus qu’elle porte sur son bras gauche. Cette décision donne lieu à de grandes fêtes qui se déroulent du 13 au 16 mai 1909. En cette année 2009, sera célébré le centenaire de ce couronnement.

Bien d’autres statuettes provenant du chêne de Montaigu se trouvent en Franche-Comté : Notre-Dame des Clarisses à Besançon, Notre-Dame de Jussey, Notre-Dame des Capucins de Vesoul, Notre-Dame des malades d’Ornans, Notre-Dame d’Arbois, Notre-Dame de Pin l’Emagny, Notre-Dame de Monciel, Notre-Dame de Mièges, Notre-Dame de Roche-les-Beaupré,

Notre-Dame de la Chapelle d’Huin. Nul doute que la présence de nombreux Francs-Comtois à la cour des Archiducs à Bruxelles et les échanges entre la Franche-Comté et les Flandres expliquent cette répartition des Vierges de Montaigu dans notre région.

3ème partie : les Vierges Noires ou Vierges d’Einsiedeln par M. Jean-Michel Blanchot

LES VIERGES NOIRES.

Le culte à Notre-Dame des Ermites est très présent dans tout l’Est de la France, particulièrement en Lorraine et en Franche-Comté. Dans le diocèse de Besançon, les premières traces de la dévotion à la Vierge noire, remontent au second tiers du XVII° siècle. Les incendies de Pontarlier (1675 et 1680) ont joué un rôle essentiel, et semble être le point de départ de cette dévotion qui, par émulation, gagne progressivement le Haut-Doubs et le reste du diocèse. Le XVIII° siècle sera le véritable âge d’or du pèlerinage comtois à la Vierge noire d’Einsiedeln, alors que pas moins de 250 kilomètres séparent le sanctuaire marial de Notre-Dame des Ermites et le Haut-Doubs. De très nombreux pèlerins vicaires, sorte de routiers de la foi, de pèlerins professionnels sont délégués par l’ensemble des communautés villageoises au gré de la conjoncture, des accidents de la vie. Plus largement les Comtois sont nombreux au XVIII° et XIX° siècle à se rendre à Einsiedeln. Mais, que sait-on de ces pèlerins, de leur nombre, des itinéraires empruntés ? On compte environ une soixantaine de lieux où des répliques de Notre-Dame des Ermites sont présentes en Franche-Comté au travers des supports artistiques variés et d’une riche iconographie : comment reconnaître une Notre-Dame des Ermites, la distinguer d’autres représentations mariales ? Cela revient également à s’interroger sur cette mystérieuse couleur noire ? Plus largement, quelle est donc l’importance de ce sanctuaire mariale en plein coeur de la Suisse Primitive ? Comment peut-on expliquer cette aura qui gagne toute l’Europe et séduit autant les Comtois ?

Les miracles attribuées à Notre-Dame des Ermites se multiplient. Elle demeure un recours à tous les maux de l’existence. La Vierge noire d’Einsiedeln est une sorte de thaumaturge aux pouvoirs universels. Les récits de miracles sont un précieux révélateurs des angoisses et des attentes des fidèles. Ces nombreux miracles, dans le contexte d’une Contre-Réforme qui se prolonge en Franche-Comté, sont un instrument de lutte contre le protestantisme. Dans quelle mesure Notre-Dame des Ermites est-elle le fer de lance de ce militantisme tridentin ? Plus largement, ne peut-on pas affirmer, qu’à l’échelle de la Comté, la dévotion à la Vierge noire est un culte identitaire ?

Haut