Colporteur & colportage


Immigration savoyarde en Franche-Comté avant 1789,

Colporteur
Colporteur

 

Dans les mémoires de la Société d'Émulation du Doubs de 1959 le Général F-M Fournier a publié : Immigration savoyarde en Franche-Comté avant 1789, dans ce travail il n' a pas étudié, entre autres les villages du Bizot et de Damprichard. Une grande partie des documents étudiés n'indiquent pas le lieu d'origine du migrant.


Nous avons relevé dans son ouvrage les noms de personnes originaire de Saint-Gervais (74)

 Barbier Claude
s'installe à Fertans (proche d' Amancey -25) en 1706,
- Battay Claude François,
- mari de Cocatrix Marie - de la paroisse de Bionasset s'installe à Gouhelans (Proche de Rougemont -25) en 1697.
- Cocatrix Marie
de la paroisse de Bionasset, s'installe à Gouhelans en 1697.
- Dubief François
- décède à 35 ans ; s'installe à Pontarlier (25) en 1686..
Gervais Jean
marié naissance d'un fils, Jean-Pierre s'installe à Pontarlier (25) en 1703
-Rousset Guillemette
( décès à 70 ans) de la paroisse de Champey s'installe à Naisey (25).

 

L'auteur a travaillé également sur les patronymes anciens communs à la Franche-Comté et à la Savoie (Comté avant 1600 - Savoie avant 1789) et il a relevé le patronyme LEGIER qui devient LIGIER.

En 1726 Saint-Gervais compte 110 émigrants sur 405 hommes adultes.[1]

L'immigration savoyarde a été très importante après la Guerre de Trente Ans (1618-1648) dont l'épisode franc-comtois appelé Guerre de Dix ans (1634-1644) et après les deux dernières épidémies de peste en Franche-Comté, la première de 1628 à 1633 et la seconde et 1635 à 1640 [2].

En 1703. Il faut savoir que depuis octobre, d'après Maurice Gresset, dans son article : Les mesures contre les Savoyards en Franche-Comté à l'automne 1703 estime que l'immigration savoyarde s'est beaucoup réduite et pratiquement éteinte. Nous sommes au début de la guerre de succession d'Espagne (1702-1713) le duc de Savoie Victor-Amédée allié de Louis XIV déserte le camp français. Par représailles le roi de France ordonne le 13 octobre l'arrestation des Savoyards. En Franche-Comté, le problème fut délicat à traiter du fait de l'ancienneté et la qualité des relations avec la Savoie. L'intendant de Franche-Comté était Louis de Bernage de 1703 à 1708 [2]

 -----------

Bibliographie

- L'Immigration Savoyarde En Franche-Comte Avant 1789

Général F.-M. Fournier(Auteur)

 

Marchand Mercier

 

 

 Le marchand mercier appartient à la famille mercantile des colporteurs par opposition à ceux qui pratiquent en plus de la vente une activité d'entretien ustensiles.
La catégorie des merciers est très dynamique et pour la plupart non spécialisé,
il propose en plus des articles de mercerie, du textile, de la quincaillerie, de l'épicerie, de la papeterie, des articles de fantaisies, des almanachs....... Ils sont majoritairement issue de la région du Haut-Faucigny où se situe la ville de Saint-Gervais. Il vendent des produits savoyards ou commercialise des produits de la région dans laquelle ils opèrent.
Le monde des merciers est un univers varié qui va du marchand bourgeois au colporteur et sa malle portative.

 
Contenu d'une petite malle portative à dos d'un jeune savoyard décédé en Lorraine en 1693
« 
18 revues dorés, 5 catéchismes, 9 livres de civilité, une douzaine de jeux de carte, 4 autres jeux de cartes, 5 autres petits catéchismes, une douzaine de grossiers couteaux à manche de corne, deux écrins à agrafe, dix-neuf autres couteaux aussi à manches à corne, un paquet de trois douzaines de petits couteaux, dix-neuf scapulaires, 5 paires de jarretières de buffles, deux paquets de chapelets de bois, un autre paquet de chapelets de terre rouge, et un reste d'aiguilles  »

 


Religion et spiritualité du monde savoyard

La tradition du marchand ambulant s'ancre dans la région du Val Montjoie*.

Au XVI siècle la misère pousse les jeunes à s’expatrier sur les chemins de l’inconnu avec leur baluchon de marchandises, vendre leur petite mercerie à l’étranger. Aux XVII et XVIII ème siècles, l’émigration savoyarde se développe, les colporteurs se dirigent vers les régions alémaniques. 

Avides de réussite et de reconnaissance les marchands du Val Montjoie ne délaissent pas les valeurs spirituelles et religieuses . Ils participent aux élans de générosités en offrant, selon leurs moyens, l’embellissement de leurs églises dans l’espoir de « gagner leur paradis.

 

(*) Val Montjoie : le nom de "Montjoie" désigne un pilier en pierre érigé pour baliser un chemin ou "colline, hauteur, tas de pierre". Le Val Montjoie est situé dans la vallée de l'Arve au pied du Mont-Blanc.

 

Bibliographie

Colporteurs et marchands savoyards dans l'Europe des XIIe et XVIIIe siècles par :Chantal et Gilbert Maistre, Georges Heitz

Mémoires et documents publiés par l'Académie Salésienne  Annecy 1992

Lire :Un Métier disparu : Colporteur

1 - Immigration savoyarde en Franche-Comté avant 1789.
par le Général F-M Fournier Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs de 1959

2- Les mesures contre les savoyards en Franche-Comté à l'automne 1703
par Maurice Gresset Mémoire et documents de la société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie 1994

3 - Les deux dernières pestes en Franche-Comté (1628-1640)
par Gérard Louis - Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs n°39 1997

4 - En Coutère

 Revue du Club Histoire et traditions locale

MJC Saint-Gervais



Le colporteur présente et vend ses produits au cours de deux tournées, l'une au printemps et l'autre à l'automne, toujours dans la même région qu'il quadrille jusqu'au moindre village ou hameau

Universaliste


Le colporteur de la Forêt noire (Allemagne)