Les Hablutzel (Ablitzer) au XVIIIe siècle

Reitnau (Suisse)
Reitnau (Suisse)

La famille HABLUTZEL - d’après Delbert Gratz [1] - est d’origine suisse allemande probablement de la ville de Trulikon dans le canton de Zurich, elle émigra vers 1618 à Reitnau dans le canton d’Argovie, ce village est très proche du canton de Luzerne. Les recherches dans les registres de l’Église réformée de Reitnau l’on conduit à identifier - avec une forte probabilité - qu’Abraham HABLIZEL baptisé en 1629, marié en 1657 à Reitnau avec Anna Fryner soit le couple originel des ABLITZER d’aujourd’hui.

 

Les persécutions religieuses liées à la réforme en Suisse allemande font que nous retrouvons en 1711, à Montbéliard (Principauté de Montbéliard) leur fils Abraham HABLIZEL qui fut baptisé à Reitnau en 1675. Il est âgé de 40 ans, marié à Anne Schindler 30 ans et un enfant de 18 mois. Ils sont signalés comme anabaptisme.

 

Suite aux persécutions, il était courant que les convertis anabaptistes s’inscrivent dans l’église officielle et pratique en secret leur nouvelle religion.

 

1 -The Hablützel/Ablitzer connection / Ancestror and descendants

Kent E.Richard avec la participation Dr Delbert Gratz et Annie Nal-Renaud (1996)

 

Les Anabaptistes

anabaptisme = re-baptême = (grec ana-baptisme)

Texte de 1780 - acte de police
Texte de 1780 - acte de police

 

 

 

 

 

 Le XVIe est le siècle des réformes religieuses en Europe. Les grands réformateurs de cette époque sont :

- Martin LUTHER (1483-1546)

Moine augustin, professeur de théologie, à l’université de Wittenberg (Église Luthérienne- 1517)

- Ulrich ZWINGLI (1484-1531)
Lettré, humaniste, curé à Zurich (Église Réformée - 1523)

Conrad Grebel (1498-1526), un Zurichois proche de ZWIGLI, dissident en 1524 suite à une dispute concernant le baptême des enfants (Anabaptiste).

 

Ulrich Zwingli nommé curé de la cathédrale de Zurich (Suisse) en 1 522 introduisit dès 1523 la réforme d’inspiration luthérienne. Cette année là, il résuma et publia sa pensée à travers 67 thèses . Ces thèses divergent de celles de Luther publié en 1517. Les églises, luthériennes et réformés, dans la deuxième moitié du XVIe siècle, furent rivales et opposées.

 

Le mouvement anabaptiste est  issue du courant d' Ulrich Zwingli qui est proche des autorités zurichoises . Autour de Zwingli évolue des groupes de radicaux qui pensaient que ce dernier n’allait pas assez loin dans ses propositions de réforme. Parmi ces radicaux, Conrad Grebel, un Zurichois converti en 1522. Entre les deux hommes de nombreuses confrontations eurent lieu et avait pour thèmes entre autres :

- le baptême des nouveaux nés par rapport au baptême adulte conscient de leur foi,

- la création d’une église d’état (séparation des pouvoirs).

 

La rupture entre Zwingli et Gerbel eut lieu le 17 janvier 1525 lors d'une discussion publique devant le Conseil de Zurich. Le 21 janvier de la même année fut pratiqué les premiers baptêmes d'adultes. Cet épisode est considéré comme l'acte fondateur du mouvement anabaptiste. Le nom anabaptiste (re-baptiseur) fut utilisé pour nommer ces nouveaux adeptes.

 

De ces confrontations, plusieurs tendances émergèrent :

- l’anabaptisme révolutionnaire avec l'Allemand Thomas Munster lié à la Guerre des Paysans de 1525,

- l’anabaptisme néerlandais, non-violent de Menno Simmons (1492-1559) qui les réorganisa après 1556,

- l’anabaptisme fermé de Jacob Amman (ca 1644 -1720) qui créa un schisme (Amish) à Sainte-Marie-aux-Mines (68).

 

Dés 1525, débute la répression dans les Cantons de Berne, Zurich et St. Gall. Il en sera de même dans le Saint-Empire germanique. En 1527, la Confession de Schleitheim fixe les principes de l'anabaptisme (Frères suisses) et un Anabaptiste prénommé Philippe Schweitzer est signalé à Montbéliard en 1527.

 

Montbéliard est la capitale de la Principauté de Montbéliard, dépendante de la famille de Wurtemberg-Montbéliard depuis 1397. En 1524 Guillaume Farel prêcha la première réforme et le luthéranisme devint religion officielle en 1538 sous le règne du duc Ulrich de Wurtemberg (1487-1550).

 

Les persécutions de 1528, entraînent un exode en direction des terres d'accueils que sont la Hollande et de l'Alsace. Il en est de même en 1670 avec une émigration vers :

- le Palatinat, la Hollande,

- la région de Sainte-Marie-aux-Mines, terre française depuis 1648, appartenant aux sires de Ribeaupierre,

- les terres alsaciennes des Wurtemberg (Riquewihr, Horbourg) qui accueille des anabaptistes dés 1671.

 

En 1708 la répression dans le canton de Berne entraîna un nouvel exode et en 1709 arrivent les premiers anabaptistes bernois dans le pays de Montbéliard. La répression continuant dans les cantons suisses, l'exode se poursuit.

 

Un Édit d'expulsion des anabaptistes est publié en 1712 par le roi de France Louis XIV. Sur la Principauté de Montbéliard règne Léopold - Ėberhard duc de Wurtemberg de 1699 à 1723. Il s'en suit que dès 1713 une vague d'anabaptiste de Sainte-Marie aux Mines (68) s'installe dans le comté de Montbéliard, beaucoup sont d'origine bernoise.

Il semble que les HABLÜTZEL (ABLITZER) soient venus directement de Suisse. Une liste de "Wiedertaufer" (Anabaptiste) inclut Abraham HABLÜTZEL (ABLITZER), 40 ans et sa femme Anne 30 ans et un bébé de dix huit mois. Lors de l'avènement de Louis XV en 1715 un décompte des fermiers anabaptistes ayant baux sur le domaine montbéliardais ne relève aucun HABLITZEL.

 

HABLITZEL (Hablützel, Hablitzer, Ablitzer) à Montbéliard

Montbéliard : Le temple Saint-Georges (1674)
Montbéliard : Le temple Saint-Georges (1674)

En 1723 année du décès de Léopold-Ėberhard - dernier descendant de la branche Wurtemberg-Montbéiard - il apparaît dans un état des anabaptistes du comté de Montbéliard le nom d'Abraham HABLITZEL parmi les treize familles présente à Montbéliard. On y trouve également deux familles Schlindler nom de l'épouse d'Abram HABLITZEL. [3]. D’après Charles Mathiot et Roger Boigeol, cette année est considéré comme date d'apparition du nom HABLITZEL (Hablützel, Hablitzer, Ablitzer) dans les archives et les membres de cette famille seraient établies à Montbéliard et Bethoncourt. Cette même année, au dénombrement des guets de la ville de Montbéliard, il est relevé au guet de l'École latine : Abraham âgé de 52 ans, Anne Schnidler 38 ans son épouse, et  Simon 11 ans.

Quelques années plus tard en 1729, à Étupes, Abraham ABLITZER propose au prince Eberhard-Louis de Wurtemberg d'irriguer ses terres pour en améliorer le rendement. En échange il demande une maison, un bois d'affouage, du foin pour nourrir une vache et un écu par semaine. La présence d'Abram Hablizer à Montbéliard est de nouveau attesté dans un relevé du 18 septembre 1733. Il décède avant 1759.

 

Son fils Simon est né au Pays de Montbéliard vers 1711 et épouse  Jeanne CONRAD leur premier enfant Simon nait en 1740 il est baptisé anabaptiste en 1756 (a l'âge de 16 ans). Cette année là les anabaptistes sont de nouveaux toléré sur le territoire français

 

Simon, en 1740,  alors âgé de 27 ans est autorisé à établir sous le Château des ducs de Wurtemberg, dans le bâtiment de l'ancienne Monnaie, moyennant 30 livres par an, un petit foulon à bas Il y avait déjà construit un polissoir. [1]. Simon quitte Montbéliard en 1745 pour le village de Clairgoutte, les baux du polissoir et du foulon furent repris par la Schonfe  (corporation) des bonnetiers. 

La Schliffe
La Schliffe


Une liste de 1759 nous indique qu'a la Schliffe demeure : 
« Simon Hablützel, sa mère Anne Schindler, ses deux fils Simon et Jacob, lesquels sont nés dans le Païs. Anne Gundter, femme du premier, est originaire de Sainte-Marie-aux-Mines, en Alsace, et dans le Pais depuis son mariage.» [x]


Bibliographie

1 - Bibliograhie anabaptiste française
http://biblioanab.fr/Biblioanab/XI)_Doc_1.html
2 - Recherches historiques sur les Anabatistes de l'ancienne Proncipauté de Montbéliard Charles Mathiot -  Edition de la Mission Intérieure de Montbéliard 1922
3 - Les assemblées anabaptistes-mennonites de France
Jean Séguy Mouton, Paris et La Haye, 1977
4 - Les Amishs : origines et particularismes, 1693-1993 :
Actes du colloque international de Sainte-Marie-aux-Mines, 19-21 août 1993 / Lydie Hege et Christoph Wiebe ; édité par l'Association française d'histoire anabaptiste-mennonite. - Ingersheim
5 - L’expulsion des Anabaptistes du Canton de Berne en 1710
Séminaire d’histoire moderne – BA 5 novembre 2007 - « L’Europe des Lumières : des réformes en mouvement » Prof. Bela Kapossy ; Ass. Miriam Nicoli Marion.Rosselet@unil.ch http://www.unil.ch/interne.

6 - Fermes et Familles Anabaptistes 
Cahier du GHETE

7 - La Franche-Comté à la recherche de son histoire
D.Mathieu, J-P  Nardy, A. Robert Annales littéraires de l'université de Besançon 1995

8 - http://blog.oratoiredulouvre.fr/2013/02/les-differences-entre-reformes-et-lutheriens/