Prieuré de Vaucluse -  Doubs - Franche-Comté

Le village de Vaucluse
Le village de Vaucluse


Le 9 août 870 lors du partage de la Lotharingie Vaucluse est assigné à Louis le Germanique qui règne sur la Francie orientale. Il semble que Vaucluse soit un couvent de clercs réguliers.

Le 3 janvier 1098 l'église du prieuré est
consacrée par Hugues III, archevêque de Besançon en présence d'Étienne comte de Bourgogne et des seigneurs de Montfaucon (Trois frères : Amédé, Welf, Burchard, ). Quelques années plus tard, en 1107 le pape Pascal II et Thiébaud seigneur de Rougemont confirment la donation de Vaucluse à l'ordre de Cluny. Celle-ci est de nouveau confirmée le 12 janvier 1205 par le pape Innocent III.

Les comtes de la Roche sont les gardiens du prieuré durant tout le XIIIe siècle et sont remplacés au XIVe siècle par les comtes de Neuchâtel.

 

En avril 1267 le 12 - comme toutes les dépendances de Cluny - le prieuré est inspecté par des visiteurs.[a]. Leur compte rendu souligne l'endettement du prieuré et indique la présence de quatre moines et d'un prieur l'abbé de Baume. Un incendie en 1289 ravage le prieuré. 

Le 23 mars 1300 les visiteurs comptabilisent sept moines et une dette de 400 livres tournois. De plus, ils jugent la toiture défectueuse. En 1304, l'église et le prieuré tombent en ruine. La dette s'élève à 1180 livres tournois. Seulement trois moines et le prieur sont présents à Vaucluse.
L'année 1305 voit le départ du prieur Jacques de Miége pour Pontarlier (25). Il emporte avec lui huit bœufs de labour, deux juments, une vache, deux poulains, ce qui contrevient aux règles clunisiennes.[2]


En 1322, prospérité et ordre sont rétablis au prieuré. Les visites se succèdent : 1336 le prieur et un moine étudient à Bologne on exige leur retour à Vaucluse, 1382 seuls deux moines et le prieur sont présents.

En ce début de XVe siècle soit en 1404 le prieuré de Vaucluse compte quatre religieux le prieur est Jean du Vernois aussi curé de la paroisse. Léonard de Cléron, en 1414, est nommé prieur par l'abbé de Cluny.

 


En 1450 le prieuré est de nouveau ravagé par un incendie, l'année d'après voit le prieur Edmond Bevalet devenir abbé commendataire.[b] de Vaucluse. Il est aussi archidiacre de Cluny et prieur de Roquemaure. Son successeur fut Claude de Rye

Les paroisses dépendantes de Vaucluse sont : Damjoux, Provenchère, Saint-Maurice, Chamesey, Soulce, Dampierre, Dannemarie, La Chapelle du château de Montjoie, Pierrefontaine, La Grange, Rosureux, la Rochotte, Easbey, Charmoille et Belleherbe,

Vestige du prieuré
Vestige du prieuré

Entre 1502 et 1592, les membres de la famille Diesbach d'origine Suisse sont abbés commendataires de Vaucluse :
- Nicolas de Diesbach est nommé prieur commendataire par le pape Alexandre VI. Ce prieur appartient à une grande famille suisse. Il est prévôt de Soleur en 1500 et devient en 1506 prieur de Grandson et coadjuteur de l'évêque de Bâle en 1519. Il mourut à Besançon le 15 juin 1550.

- Gabriel von Diesbach, de Berne (1530), prieur de Vaucluse de 1550 à 1584,
- Maurice de Diesbach est nommé prieur il exerce de 1584 à 1592, docteur en droit, chanoine et official de Besançon.

Claude de Bauffremont est nommé prieur par Philippe II en 1592.Il re
çoitle 13 octobre1617 la visite de dom Louis de la Tour , vicaire général de Louis de Lorraine, cardinal de Guise.

En 1671 les moines ont d
écidé d'adhérer à la réforme prônée par la congrégation bénédictine de Saint-Vanne.
«
La congrégation bénédictine de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe a été fondée en 1604 à l’initiative de dom Didier de La Cour, prieur de l’abbaye Saint-Vanne de Verdun et réformateur de l’ordre de Saint-Benoît après le concile de Trente. Les bénédictins de la Congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe sont parfois appelés Vannistes.» Wikipédia

Dès 1682 une quinzaine de villages paie la dîme au prieuré qui possède également quatre moulins. Le 15 septembre 1685, le prieuré choisit de revenir dans l'ordre de Cluny sa famille d'origine.

Sur ordre de l'intendant de Franche-Comté,en 1722 une partie des revenus annuels du prieuré est attribuée à l'université de Besançon pour payer les professeurs.

 

En 1790 suppression des ordres religieux, les moines quittent le prieuré. Les meubles et les corps de bâtiment sont vendus.

 

 

Pendant la Révolution 5 octobre 1793 : le prieuré est transformé en prison et en 1802 L'église du prieuré est détruite par la foudre.

 

 

 

En 1920 l'Abbé GUYOT, curé de Belleherbe décide de racheter ce qui reste du prieuré pour en faire une école religieuse, primaire, ménagère et de chant grégorien. En 1921 il lance une souscription parmi les familles de la région pour financer son projet, plus de trois cents souscripteurs répondent présents.

Le 15 novembre 1923 ouvre la section ménagère avec 15 élèves. Une année scolaire dure de novembre à mars. La rentrée à lieu dans une école encore en chantier.
Pour cette première année dans le bulletin de l'école les noms des vingt première élèves sont : Lucine Vernier, de Bretonviller - Anne Cuherousset, de la Joux de Laviron - Laure Bailly, de Droifontaine - Claire Ligier, de Bonnétage - Germaine Viprey, de Bonnétage - Reine Moureau, de Damprichard - Denise Roussey, de Charmoille - Berthe Taillard, de Trévillers - Marie Fallard, de Trévillers - Jeanne Binétruy, de Pierrefontaine - Marie Delachaux, de Grandfontaine sur Creuse - Jeanne GuYot, de Belleherbe - Marie Jobard, de Belleherbe - Cécile Grillot, de Vauclusotte - Angèle Milani, de Besançon - Gabrielle Faivre, de Montandon - Germaine Demaison, de Goumois - Suzanne Vermot, de Laval -Madeleine Courtet, de Charquemont - Louise Milani, de Besançon
 
- En 1924 les professeurs de l'école ménagère sont Mesdames Chatelain Nappey et sœur Angela réputée pour ces choux à la crème.

 

 

 

La cour actuelle
La cour actuelle

En 1920 l'Abbé GUYOT, curé de Belleherbe décide de racheter ce qui reste du prieuré pour en faire une école religieuse, primaire,ménagére et de chant grégorien. En 1921 il lance une souscription parmi les familles de la région pour financer son projet, plus de trois cents souscripteurs respondent présents.

 

Le 15 novembre 1923 ouvre la section ménagère avec 15 élèves.Une année scolaire dure de novembre à mars. La rentrée à lieu dans une école encore en chantier.

Pour cette premiére année dans le bulletin de l'école les noms des vingt premiére élèves sont : Lucine Vernier, de Bretonviller - Anne Cuherousset, de la Joux de Laviron - Laure Bailly, de Droifontaine - Claire Ligier, de Bonnétage - Germaine Viprey, de Bonnétage - Reine Moureau, de Damprichard - Denise Roussey, de Charmoille - Berthe Taillard, de Trévillers - Marie Fallard, de Trévillers - Jeanne Binétruy, de Pierrefontaine - Marie Delachaux, de Grandfontaine sur Creuse - Jeanne GuYot, de Belleherbe - Marie Jobard, de Belleherbe - Cécile Grillot, de Vauclusotte - Angèle Milani, de Besançon - Gabrielle Faivre, de Montandon - Germaine Demaison, de Goumois - Suzanne Vermot, de Laval -Madeleine Courtet, de Charquemont - Louise Milani, de Besançon

 

- En 1924 les professeurs de l'école ménagére sont mesdames Chatelain Nappey et soeur Angela réputée pour ces choux à la crème.

 

---------
a - Visiteur : Prieur chargé de contrôler - finance, habitat, spiritualités - des prieurés dépendant de Cluny. Ils sont nommés parmi les moines présents au chapitre général qui se réunit à Cluny. Ils prêtent serment, reçoivent une lettre d'accréditation. Ils se déplacent à deux dans les prieurés visités et sont à la charge de ceux-ci.[6].
b - Abbé commendataire : Ils sont choisis dans ou en dehors du milieu monastique uniquement pour en toucher les revenus. Ils délèguent leur pouvoir spirituel à des prieurs

----------
Bibliographie

- 1 - Monographie du prieuré de Vaucluse ordre de Saint Benoît (IXe-XIXe siècle)
par Ulysse Robert Socété d'Emulation de Montbéliard 1888
- 2 - l 'Ordre de Cluny à la fin du moyen âge - « Le vieux pays clunisien » XIIe-XIVe siécle
par Denyse Riche C.E.C.O.R. Publication de l'Université de Saint-Etienne­
- 3 - Sur les chemins de la perfection
Moines et chanoines du diocèse de Besançon ver 1060-1120
René Locatelli Edition (CERCOR) Université de Saint-Etienne -1992
- 4 - Dictionnaire des communes du département du Doubs
Vaucluse par J-M Thièbaud Editions Cêtre à Besançon 1983.
- 5 - Les ordres monastiques et religieux au Moyen Age
par Marcel Pacaud Armand Colin 2005
- 6 - Cluny de l'Abbaye à l'ordre clunisien Xe-XVIIIe
par Odon Hurel - Denyse Riche Armand Colin 2010

- 7- Histoire de l'église, ville et diocése de Besançon
par François Ignace Dunod de Charnage 1710

- 8 La partie comtemporaine 1920-1924 :
Journée d'étude du GHETE Au Clos du Doubs septembre 2011

 

Photos J-L Lambert