Louis Beurnier (1860-1917)

Louis Beurnier (1860-1917)

 

Ce fils choyé d’Edmond et de Marie Beurnier, née Tuetey – ce dont témoigne une abondante correspondance (1400 lettres de 1877 à 1909 !) -, nait à Châteauroux le 26 septembre 1860 où son père commence une carrière dans l’Enregistrement. Après un séjour à Lons-le-Saunier, il revient à Montbéliard, le berceau de la famille. Sa scolarité au collège Cuvier est brillante, et, sous l’influence de son oncle Jules, médecin et maire de Montbéliard, il entre en médecine à Paris. Après le doctorat (1886), il réussit en 1887 le concours de chef de clinique chirurgicale, puis en 1894 celui de chirurgien des hôpitaux de Paris qui débouche sur la fonction de chef de service (Tenon 1904, Saint-Louis 1906, Lariboisière 1914).

 

Parallèlement, il est l’auteur d’articles et d’ouvrages scientifiques (Les varices, Des articulations du squelette, Notions d’anatomie…) et fonde pour les prothésistes parisiens le premier enseignement professionnel de la mécanique orthopédique. Après avoir été attaché au service médical de l’Exposition universelle de 1889, il est nommé médecin chef de l’Exposition de 1900, poste qu’il partage avec son ami Gilles de la Tourette. Il ne cessera de s’investir dans l’organisation d’expositions en France (Lyon, Bordeaux, Poitiers…) et à l’étranger (Bruxelles, Milan, Rome, Buenos Aires…).

 

En 1895, Louis épouse Lily Ponnier, fille d’un riche industriel du textile, dont la famille est alliée aux Peugeot d’Hérimoncourt. Le couple s’installe dans les beaux quartiers, mène une vie mondaine active jusqu’à la découverte de la maladie de Lily, une tuberculose, dont elle meurt en 1909. Avec la guerre, la charge de travail du chirurgien devient écrasante. Il meurt d’épuisement le 6 juin 1917. Faute d’héritier, il lègue son hôtel particulier à la ville de Montbéliard, à la condition expresse que l’édifice abrite le musée et la bibliothèque. C’est l’actuel musée d’art et d’histoire.

 

----------

Texte :  A. Bouvard -SEM Montbéliard

Photo : Le Dr Louis Beurnier assis (vers 1900), dépôt de la SEM, Archives municipales de Montbéliard.